TO CONTENT HOME  
TO NAVIGATION

Accueil

Depuis janvier 2011, le projet « OwnReality. À chacun son réel. La notion de réel dans les arts plastiques en France, RFA, RDA et Pologne entre 1960 et 1989 », dirigé par Mathilde Arnoux, réunit une équipe franco-germano-polonaise de doctorants en histoire de l'art et d'un chercheur postdoctoral en esthétique. L'ambition du projet est d'étudier les relations artistiques de part et d'autre du rideau de fer autour de la notion de réel/réalité. Plutôt que d'envisager l'espace artistique européen durant la guerre froide selon une logique de blocs et sans pourtant remettre en cause la division politique qui séparait les différents pays, le projet met sous la même lunette l'art des pays de l'ancien Est et de l'ancien Ouest afin d'en apprécier les interactions.

Le projet est financé par un Starting Grant du Conseil européen de la recherche (Euopean Research Council, ERC).

Le projet

Tandis que le pouvoir, en URSS et aux États-Unis, affirme avec force propagande la justesse de sa vision du monde, la réalité, qu'elle soit prescrite ou laissée libre à chacun d'être définie, constitue un objet d'intérêt central pour les arts plastiques. La période du dégel qui suit la mort de Staline en 1953, fragilise et remet en question les deux grandes conceptions de la réalité qu'incarnaient dans le domaine des arts plastiques le réalisme socialiste en URSS et l'abstraction aux Etats-Unis. La notion de réel/réalité se trouve alors au cœur des recherches de définitions des nouvelles pratiques. Le recours à la mimesis, la part attribuée au geste et à sa trace dans l'œuvre, la signification donnée à l'usage de la matière brut, l'affirmation d'un point de vue s'opposant à des conventions mensongères comptent parmi les sujets de réflexion récurrents qui font appel à la notion de réel/réalité. Les artistes cherchent à l'illustrer, à l'approcher, à la dévoiler, ou à s'y nourrir lorsque les références à l'histoire de l'art semblent ne plus suffire. Face aux propagandes qui affirment leur vision comme la vraie réalité, cette notion contient un potentiel critique fort lorsqu'elle est utilisée pour se démarquer de l'état de fait imposé par les systèmes politiques en place. Présente dans les discours sur l'art de l'ancien Est comme dans ceux de l'ancien Ouest, la notion court comme un fil rouge sans qu'elle n'ait fait l'objet d'une recherche croisant les points de vue qui se sont formés de part et d'autre du rideau de fer. Le projet, fruit d'une collaboration entre l'histoire de l'art et l'esthétique, a pour ambition d'articuler analyses historiques et travail conceptuel pour mieux cerner la signification donnée au réel et à la réalité selon les contextes. Le projet veut encourager les échanges méthodologiques, les débats théoriques en Europe autour de l'art européen de la guerre froide, à l'appui des leçons tirées de méthodes éprouvées par des équipes transnationales autour des transferts culturels ou de la socio-histoire.

Own Reality – À chacun son réel - Accueil